Comprendre l'art africain


VOS COMMENTAIRES :

C'est un recueil que j'ai utilisé auprès de mes élèves comme introduction à l'art africain avant une visite au musée du quai Branly... (Pereoliv)

Un ouvrage remarquable de clarté et de concision. Bravo ! (André)

Votre e-book met particulièrement bien en lumière cet aspect des choses, très difficilement saisissables pour un esprit occidental. Bravo, amicalement. (christine larouge)

je comprends mieux maintenant les arts africains, du moins je les vois d'un autre oeil. Amicalement (Denis du Gabon)

Lire la suite et

TELECHARGER GRATUITEMENT COMPRENDRE L'ART AFRICAIN

DOCUMENTATION : Masques et statues

Fang du Gabon

Kongo de la RDC

Kwele de la République du Congo

Kota du Gabon

Mumuyé du Nigéria

Pendé de la R.D.C.

Punu du Gabon

LIVRES : Mes recommandations

HUMANITAIRE :

Masque Punu du Gabon View full size

Masque Punu du Gabon

Les masques bicolores seraient, selon certaines sources africaines, réservés aux princes...

Plus de détails

Ch84_050916

1 item in stock

Attention : dernières pièces disponibles !

440,00 €

Très beau masque bicolore en bois, pigment et kaolin, typique de l'ethnie Punu du Gabon

Hauteur : 30 cm, largeur : 20 cm

Les masques Punu blancs

Les masques africains à visage blanchi au kaolin et à coiffure noire en cimier à coques finement tressées appartiennent à un type plastique que l'on peut qualifier de "régional", répandu dans une large partie méridionnale du bassin de l'Ogooué, au sud du Gabon, et regroupés sous le nom générique de "masques Punu".

La couleur blanche du visage est obtenue grâce à l'utilisation d'une argile blanchâtre appelée mpemba ou pembi. Le mpemba est le fard rituel utilisé par toutes les populations du Gabon pour décorer les masques et les statues de bois mais aussi et surtout pour farder le visage et les membres des officiants et des initiés dans tous les grands événements collectifs que sont les rites de naissance, de funérailles et de deuil, les initiations ou les cérémonies liées au bwiti. Autrefois, dans le mpemba étaient mélangés à l'argile blanche, recueillie sur le bord des cours d'eau, des cendres d'os des défunts ou même, selon certaines sources, de la poudre de chair desséchée d'enfants-jumeaux morts-nés.

La couleur blanche, bien sûr, évoque la présence du sacré dans le monde profane et l'univers mystérieux des défunts et des esprits et les coques noires sont l'illustration des coiffures sophistiquées des femmes Punu.

Les masques bicolores seraient, selon certaines sources africaines, réservés aux princes (Le Prince, en Afrique, est le fils préféré du chef et désigné ainsi sans tenir compte, contrairement à ce que nous avons connu en Europe, de l'hérédité)

Les masques Punu sont les symboles visibles aux yeux des villageois des rites de l'okuyi - danse coutumière également connue selon les régions sous les noms de ocuya, mokoi, moukouji, ikwara, okukwe, mbwanda... - danse liée aux rites initiatiques de la société secrète masculine du mwiri.

Le danseur, dont le public ne devait jamais connaître l'identité, était recouvert d'un ample costume de raphia formant une grande cape que complétaient une collerette de fibres végétales et des pantalons recouvrant le haut des échasses sur lequel il se tenait, échasses qui pouvaient atteindre trois mètres de haut. Il tenait dans chaque main un chasse-mouches qu'il brandissait de façon menaçante et était toujours accompagné de plusieurs acolytes prêts à intervenir en cas de déséquilibre.

Le peuple Punu

Les Punu (ou Pounou) vivent dans des villages divisés en clans et en familles où la cohésion sociale est assurée par la société Moukouji, dont le rôle essentiel est de subjuguer les esprits malfaisants de la forêt. Lors des cérémonies liées à cette société, des masques apparaissent, souvent couverts de pigments blancs... Lire la suite ici

Vos commentaires :


Le socle parfait !

Très pratiques !

Les socles sont magnifiques un grand merci !

Toujours parfait et incroyablement rapide !

Bon produit, service impeccable.

Super et astucieux, reçus dans les temps.Parfait

Lire la suite et mode d'emploi

Rechercher