Comprendre l'art africain


VOS COMMENTAIRES :

C'est un recueil que j'ai utilisé auprès de mes élèves comme introduction à l'art africain avant une visite au musée du quai Branly... (Pereoliv)

Un ouvrage remarquable de clarté et de concision. Bravo ! (André)

Votre e-book met particulièrement bien en lumière cet aspect des choses, très difficilement saisissables pour un esprit occidental. Bravo, amicalement. (christine larouge)

je comprends mieux maintenant les arts africains, du moins je les vois d'un autre oeil. Amicalement (Denis du Gabon)

Lire la suite et

TELECHARGER GRATUITEMENT COMPRENDRE L'ART AFRICAIN

DOCUMENTATION : Masques et statues

Fang du Gabon

Kongo de la RDC

Kwele de la République du Congo

Kota du Gabon

Mumuyé du Nigéria

Pendé de la R.D.C.

Punu du Gabon

LIVRES : Mes recommandations

HUMANITAIRE :

Masques et statuettes Kongo de la République Démocratique du Congo

C’est probablement du nom du Roi Ne Kongo que vient le nom de cette ethnie. Ce roi conquérant établit son royaume au cours du XIIIème siècle et ses successeurs l’étendirent sur une vaste région qui couvrait les territoires actuels du Gabon, de la République du Congo, la République Démocratique du Congo et l’Angola. L’arrivée des marins portugais en 1482 et la conversion du roi Kongo en 1491 entrainèrent à partir du XVIème siècle un lent déclin qui se conclut avec la mort du dernier roi Kongo en 1957.

Le peuple Kongo et les tribus qu’il rassemblait - les Vili, les Yombé, les Beembé, les Bwendé et les Woyo – n’en restent pas moins un groupe ethnique très important dans cette région de l’Afrique et qui a produit des objets culturels et artistiques remarquables.

casque Kongo

(Source carte : L'Art tribal d'Afrique noire de J-B Bacquart, éditions Thames & Hudson)

Au premier rang de ceux-ci, le fétiche à clous est certainement le plus connu :

Fetiche a clous

Les fétiches à clous, appélés nkondi, étaient révérés à travers tout le royaume du Congo. Ils étaient les « porteurs » d’une série d’objets magiques, appelés nkissi, qui pouvaient prendre la forme de sacs, de racines ou de feuilles, et étaient installés sur la tête ou l’abdomen de la sculpture. Les nkondi étaient révérés par leur propriétaire ou par un spécialiste, appelé, nganga, « embauché » par le propriétaire afin d’apaiser ou de contenter les différents esprits qui dirigent le monde. Afin « d’activer » ses forces et de provoquer le nkondi, le nganga devaiit l’insulter, chanter, créer une explosion à ses pieds ou même insérer un clou ou une lame dans la sculpture…

Nullement maléfique, la figure, qui joue le rôle de remède, est un intercesseur. Les clous et les lames sont des signatures, concrétisations de pactes en relation avec le respect d’une parole donnée. Le bois, spirituellement animé, est « dynamisé » par le choc produit par l’insertion métallique et ainsi rappelé à sa tâche éthique.


fetiche Kongo

La plupart des nkondi représentent un esprit anthropomorphe tenant une lance, prêt à punir une personne ou un esprit responsable d’un mauvais sort ; certains représentent des maternités, incarnant un esprit plus doux que ceux évoqués à travers les statues masculines ou un chien appelé koso, médiateur entre les vivants et les morts.


 

Les masques Kongo

L’ethnie Kongo se distingue également par ses masques quasi figuratifs toujours très expressifs, presque « vivants ».

casque Kongo

Portés durant les cérémonies d’initiation et les funérailles des personnalités les plus importantes, ils étaient aussi investis d’un rôle judiciaire.

Ils sont d’un grand réalisme et présentent même parfois un « souci du détail » peu courant dans l’art africain, comme chez les Yombé, par exemple, avec leurs oreilles délicatement sculptées et leurs dents en pointe.


Masque Yombe

Les masques Kongo sont surtout d’une grande expressivité, grâce aussi à leurs yeux, souvent recouverts de verre.

Masque Kongo

Masque Congo

Masque Kongo

 

 

Les autres statues Kongo

 

statue de devotion Kongo

Moins connues, mais pourtant caractéristiques de l’ethnie, les statues de dévotion évoquent la soumission à un chef ou un mari.

 


Maternite Yombe

Les maternités Yombé, beaucoup plus connues, sont de parfaits exemples de la sculpture Kongo qui démontre bien l’importance donnée à la tête et aux scarifications.

Les sculptures féminines Kongo sont l’évocation de forces spirituelles plus aimables que celles symbolisées par les représentations masculines – les nkondi – et étaient probablement utilisées lors de rites de fertilité.

 

Le geste du Congo

Le « geste du Kongo » a une attitude normalisée – bicolore, genou en terre, tête tournée à 90 °, dessin des côtes… – et garde encore la plupart de ses mystères…

On ne sait comment interpréter le regard sur le côté typique de cette statuette mais on suppose qu’il s’agit d’une statuette de guérisseur, l'indication des côtes faisant probablement référence à la maladie que les Kongo appellent lubanzi ("les côtes") et qui désigne la pneumonie ainsi que d'autres maladies respiratoires...

 

Variantes du nom Kongo

Il existe différentes variantes du nom Kongo : Bacongo, Badondo, Bakango, Ba-Kongo, Bakongos (Ba est la marque du pluriel), Bandibu, Bashikongo, Cabinda, Congo, Congos, Fjort, Frote, Ikeleve, Kakongo, Kikongo, Kileta, Kongos, Koongo, Nkongo, Wacongomani


Vos commentaires :


Le socle parfait !

Très pratiques !

Les socles sont magnifiques un grand merci !

Toujours parfait et incroyablement rapide !

Bon produit, service impeccable.

Super et astucieux, reçus dans les temps.Parfait

Lire la suite et mode d'emploi

Rechercher