Comprendre l'art africain


VOS COMMENTAIRES :

C'est un recueil que j'ai utilisé auprès de mes élèves comme introduction à l'art africain avant une visite au musée du quai Branly... (Pereoliv)

Un ouvrage remarquable de clarté et de concision. Bravo ! (André)

Votre e-book met particulièrement bien en lumière cet aspect des choses, très difficilement saisissables pour un esprit occidental. Bravo, amicalement. (christine larouge)

je comprends mieux maintenant les arts africains, du moins je les vois d'un autre oeil. Amicalement (Denis du Gabon)

Lire la suite et

TELECHARGER GRATUITEMENT COMPRENDRE L'ART AFRICAIN

DOCUMENTATION : Masques et statues

Fang du Gabon

Kongo de la RDC

Kwele de la République du Congo

Kota du Gabon

Mumuyé du Nigéria

Pendé de la R.D.C.

Punu du Gabon

LIVRES : Mes recommandations

HUMANITAIRE :

Cimier Ekoï-Ejagham du Nigéria View full size

Cimier Ekoï-Ejagham du Nigéria

Autrefois, les Ekoï, anthropophages, érigeaient en trophées les têtes de leurs adversaires tués au combat...

Plus de détails

Ch110_221217

1 item in stock

Attention : dernières pièces disponibles !

460,00 €

Superbe cimier africain en bois, peau d'antilope, osier, kaolin, typique de l'ethnie Ekoï du Nigéria

Hauteur : 32 cm

L'ethnie Ekoï

Le peuple Ekoï vit dans le sud du Nigéria, dans l'état de la Cross River ; on compte aussi quelques membres de l'ethnie de l'autre côté de la frontière, dans l'Ouest Cameroun.

Autrefois, les Ekoï, anthropophages, érigeaient en trophées les têtes de leurs adversaires tués au combat ! L'arrivée des colons a mis fin à ces pratiques "barbares" et les têtes humaines ont été remplacées par les sculptures que l'on connait aujourd'hui

Les têtes Ekoï

Portées en cimier, fixé sur la tête du danseur à l'aide d'une base en osier, les têtes Ekoï sont constituées d'une âme en bois, finement suclptée, sur laquelle on applique une peau fraîche d'antilope ; la peau, en séchant, se rétracte et adopte parfaitement la forme de la sculpture.

Les grandes "cornes" reproduisent un style de coiffure très en vogue chez les jeunes filles et les femmes mariées de la Cross River qui les portaient durant les fêtes, notamment pendant la cérémonie mettant fin à la réclusion des initiées.

Des têtes humaines, recouvertes de peau, donnaient lieu autrefois à la célébration d'un culte des trophés humains qui s'est transformé depuis en un culte des crânes...

Le peuple Ekoï est probablement à l'origine de la création de cette technique particulière que l'on trouve parfois aussi dans des peuplades voisines : Idoma, Bangwa, Boki, Igala...

Variantes du nom Ekoï

Selon les sources et le contexte, on rencontre notamment les formes suivantes : Eafen, Edjagam, Edjarem, Ejagham, Ejaghams, Ejam, Ekoïs, Ekoy, Ezam, Iyako, Koï, Njagham

Vos commentaires :


Le socle parfait !

Très pratiques !

Les socles sont magnifiques un grand merci !

Toujours parfait et incroyablement rapide !

Bon produit, service impeccable.

Super et astucieux, reçus dans les temps.Parfait

Lire la suite et mode d'emploi

Rechercher